Comme des bêtes


Le film d’animation Comme des bêtes de Yarrow Cheney et Chris Renaud part d’un postulat exaltant : que font nos animaux de compagnie en notre absence ?
Max, un Jack Russel, est très attaché à sa maîtresse Katie. En son absence, il passe son temps  avec ses congénères habitant dans son immeuble : Chloe, la chatte vorace qui en profite pour dévorer les plats de ses maîtres,  Buddy le teckel adepte des massages, le hamster qui se perd dans les conduits, la belle Gidget et bien d’autres. Le caniche royal Léonard fan de metal et le pauvre Papi paralysé n’ont rien à envier aux Minions, sortis du même studio, Illumination
Un jour, Katie libère un gros chien de la fourrière, Duke. Jaloux, les deux canidés ont du mal à cohabiter... A la suite d’une promenade qui tourne mal, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans la ville. Commence alors un incroyable voyage pour retourner chez Katie. Aidés par les compagnons de Max, ils vont devoir affronter bien des épreuves : échapper à la fourrière et surtout à Pompon, le lapin blanc qui règne sur les animaux abandonnés et déteste les hommes.
Un film d’animation enlevé qui derrière les péripéties dénonce l’abandon et la maltraitance animale. Le compagnon de Pompon, le cochon tatoué, témoigne de la folie des hommes. L’opposition entre les animaux des rues et les animaux chanceux élevés dans un foyer aimant prend tout son sens.



Commentaires

Articles les plus consultés