Maléfique


Les studios Disney consacrent leur nouveau film au personnage de Maléfique, la méchante fée de La Belle au bois dormant. Sorte de prequel et de remake du long métrage d'animation de 1959, le film change d'héroïne et explique pourquoi Maléfique, gardienne de la forêt, est devenue méchante. Car la méchante n'est pas vraiment méchante! C'est une femme blessée dans son amour propre. Ici, Robert Stromberg invente ce qui était tu dans le premier long métrage inspiré de Charles Perrault et des frères Grimm. 

Hantée par un désir de vengeance, Maléfique fait d'Aurore sa proie. Cette version souhaite sans doute moderniser le conte en lui apportant une portée féministe, notamment en changeant le dénouement. Les personnages de la première adaptation sont repris. Pas d'évolution pour les hommes des histoires de princesses qui restent insignifiants : l'esclave de Maléfique est velléitaire et le prince Philippe ne sert... à rien!  Du côté des femmes, les fées sont tellement idiotes qu'on comprend pourquoi Aurore leur préfère la compagnie de Maléfique... 
Esthétiquement, les personnages sont bien travaillés et jouent sur les contrastes. Outre les couleurs qui les représentent, le visage poupon d'Elle Fanning s'oppose à celui anguleux d'Angelina Jolie. 

Cette réécriture de la fin du conte réhabilite le personnage de la méchante et tente de dépasser le manichéisme habituel propre à Disney. Ce conte au féminin explore la psychologie de Maléfique, femme complexe, et prouve que finalement il n'y a pas de véritable méchant(e) chez Disney!

                            


Commentaires

Articles les plus consultés