Poison City, tome 1


Poison City est le dernier manga de Tetsuya Tsutsui publié aux Editions Ki-Oon. Ce premier volume est passionnant car l'auteur a construit son récit autour de la thématique de la liberté d'expression et de la censure. En 2019, Mikio Hibino, jeune mangaka tokyoïte, s'apprête à publier un manga d'horreur. Mais, les autorités censurent les œuvres "nocives" supposées pervertir la jeunesse...
Le récit alterne entre le travail de Mikio et les planches de Dark Walker, son manga. L'œuvre fait référence à la censure japonaise et à l'auto-censure que doit pratiquer le mangaka pour voir son manga publié. S'il s'agit d'un récit d'anticipation, Tetsuya Tsutsui témoigne au détour de sa fiction de la censure dont Manhole, un de ses mangas a été victime dans le département de Nagasaki sans qu'il en soit informé! La réalité constitue donc le terreau de Poison City. L'auteur convoque également l'histoire américaine à travers le Comics Code et les idées répandues par le psychiatre Fredric Wertham dont le but était d'éradiquer les comics jugés obscènes et amoraux dans les années 50 (le Comics Code disparaîtra en 2011).
Le manga témoigne également des relations entre mangaka et éditeur, des contraintes éditoriales aussi bien au niveau du contenu et de la forme que des courts délais de création.
Un premier tome bien mené, instructif et qui s'interroge sur l'impact de l'art et des œuvres de divertissement dans la société japonaise.

Le + : une série courte en deux tomes (le volume 2 sera disponible en décembre 2015).

Commentaires

Articles les plus consultés