Cinéma et Seconde Guerre mondiale


Ce mois-ci, deux films sont consacrés à la Seconde Guerre mondiale: Diplomatie et Monuments Men. Le premier est adaptée de la pièce de théâtre de Cyril Gély, le second du livre de Robert Edsel.

Le réalisateur de Diplomatie, Volker Schlöndorff, propose - sur fond historique réel - une fiction. En effet, le film traite du projet de destruction de Paris en août 1944, mais la rencontre entre le consul Nordling (André Dussollier) et le Général von Choltitz (Niels Arestrup) n'a pas eu lieu de cette manière. Tout l'intérêt du film réside dans le face-à-face entre les deux hommes, leur bataille à coup d'arguments et le doute qui s'installe peu à peu. Car le Général von Choltitz hésite entre son devoir d'obéissance et sa raison. Il illustre ainsi le concept de "banalité du mal" d'Hannah Arendt et celui du "bourreau ordinaire" du psychologue américain Stanley Milgram. Les deux acteurs sont excellents: Niels Arestrup nous fait ressentir cette complexité du choix et André Dussollier est très convaincant dans le rôle du diplomate.



Le film de George Clooney se déroule également en 1944. Monuments Men raconte  l'histoire de la petite unité spéciale de l'armée américaine (sept hommes cultivés dont les métiers relèvent du domaine des arts) partie à la recherche des œuvres pillées par les nazis. Malgré la gravité du sujet, le réalisateur a opté pour la légèreté:  musique patriotique entêtante et soldats partant la fleur au fusil. On se croirait presque dans un film d'aventure... Heureusement, George Clooney va plus loin en alternant passages légers et moments dramatiques et en proposant une réflexion sur la dimension patrimoniale et mémorielle de l'art. 

Commentaires

Articles les plus consultés