Mon maître d'école

Afficher l'image d'origine

Emilie Thérond, journaliste et réalisatrice de documentaires, a filmé Jean-Michel Burel, son ancien maître d'école, durant une année scolaire particulière, la dernière avant la retraite.  

C'est en 2011 que débute le tournage à Saint-Just-et-Vacquières. Jean-Michel Burel, professeur des écoles  dans une classe à double niveau est aussi le maire de ce petit village du Gard. Qu'il s'agisse d'orthographe, de mathématiques, de leçons de choses ou de vivre ensemble, Monsieur Burel semble représenter à lui tout seul l'Ecole de la République. On reconnaît le pédagogue adepte de Freinet : exploration du milieu lors des promenades dans la nature, boîte aux questions, apprentissage de l'autonomie en balade champêtre ou lors du passage de la camionnette du boulanger devant l'école. 

Nommé à Saint-Just-et-Vacquières en 1972, Jean-Michel Burel parle de l'évolution du statut de l'instituteur : considéré comme un notable au XXe siècle transmettant savoirs et valeurs, l'enseignant est moins reconnu aujourd'hui. Monsieur Burel exerce pourtant son métier avec la même passion, moins sévère et rigoureux qu'à ses débuts mais toujours avec la même bienveillance. Monsieur Burel enseigne, rassure et encourage avec son accent chantant. Proche de ses élèves, qui pour certains sont les enfants d'anciens élèves, il incarne la bonhomie et la stabilité dans ce monde en perpétuel mouvement. Mais l'instituteur est aussi le médiateur qui intervient dans les querelles des élèves pour leur apprendre la tolérance et le vivre ensemble. A l'école de Saint-Just-et-Vacquières, on commémore encore le 11 novembre avec le maire-instituteur.

On est aussi ému que Monsieur Burel lorsque arrive l'heure du départ. Car c'est un peu notre enfance et notre école qui sent bon la craie qui s'envolent avec lui...


Afficher l'image d'origine
Monsieur Burel corrige les dictées des élèves

Commentaires

Articles les plus consultés