Le Roi Arthus

De gauhe à droite: Lancelot, Arthus et Genièvre.

Le Roi Arthus, opéra du français Ernest Chausson (1895), vient d'entrer au répertoire de l'Opéra de Paris. Influencé par Wagner, Chausson  est aujourd'hui encore méconnu.
Il travailla plus de 7 ans à son unique opéra Le Roi Arthus qui s'inspire des amours funestes de Genièvre (la mezzo-soprano Sophie Koch) et Lancelot (le ténor Roberto Alagna) et exploite différents thèmes: l'honneur, la faute, l'amour et le pardon. Trahi par Lancelot, Arthus (le baryton américain Thomas Hampson) lui pardonne. Les valeurs morales l'emportent dans ce drame humain dans lequel Arthus est le symbole de la foi chrétienne.
La mise en scène de l'Anglais Graham Vick est beaucoup critiquée. Arthus et Lancelot ont troqué leur cotte de mailles contre le look mi-rebelle mi-bûcheron. Les châteaux et fortifications laissent place à une humble maison au mobilier moderne mise à mal au fil des actes. Rien de choquant pour une légende aux thèmes universels. 

Philippe Jordan Direction musicale
Graham Vick Mise en scène
Paul Brown Décors et costumes 
Adam Silverman Lumières
José Luis Basso Chef des choeurs 

Sophie Koch
Genièvre
Thomas Hampson
Arthus
Roberto Alagna
Lancelot
Zoran Todorovitch
(8, 11, 14 juin)
Lancelot
Alexandre Duhamel
Mordred
Stanislas de Barbeyrac
Lyonnel
François Lis
Allan
Peter Sidhom
Merlin
Cyrille Dubois
Un Laboureur
Tiago Matos
Un Chevalier
Ugo Rabec
Un Écuyer
Orchestre et Choeur de l’Opéra national de Paris

Opéra Bastille - Mai-Juin 2015

Commentaires

Articles les plus consultés