Les Emotifs Anonymes

Une comédie de Jean-Pierre Améris

 
Angélique (Isabelle Carré), jeune femme hypersensible, est une brillante chocolatière.
Jean-René (Benoît Poelvoorde à contre-emploi, mais peut-être pas tant que cela...), timide maladif, est responsable d'une chocolaterie au bord de la faillite.

Passionnés par le chocolat - qui notons-le au passage a des vertus anti-stress! - ces deux handicapés des sentiments ont bien du mal à épancher leur coeur.  L'une confie ses peurs aux Emotifs anonymes, véritable groupe de parole apparu en France à la fin des années 1980 et  s'inspirant des douze étapes du programme des AA, tandis que l'autre est mis au défi par son psy.

Il émane de cette comédie, et plus particulièrement des deux personnages, une véritable sensibilité. En effet, les problèmes émotionnels paralysants d'Angélique et Jean-René sont retranscrits avec légèreté et humour sans jamais donner dans le caricatural : timidité paralysante, suées d'angoisse, embarras, balbutiements et manque de confiance. Dans une société où le culot est de mise, nous ne pouvons que déplorer que cette émotivité se transforme implacablement en handicap social. Ainsi, les deux protagonistes évoluent dans un monde intemporel coloré à la Jeunet, hors du temps et de la vie (nous sommes même un peu étonnés de voir un ordinateur muni d'une webcam) comme pour mieux souligner leur incapacité à vivre avec les autres.

La scène finale de ce conte sur la phobie sociale est magnifique : cette fuite en avant révèle que de ce mal inscrit dans le caractère, on ne guérit pas...




Les deux acteurs entretenaient déjà une liaison am-biguë dans Entre ses mains, un thriller d'Anne Fontaine (2005).




Commentaires

Articles les plus consultés