Quai d'Orsay, Chroniques diplomatiques


Christophe Blain et Abel Lanzac, Quai d'Orsay, Chroniques diplomatiques, Tome 1, Dargaud, 2010.

Abel Lanzac, le scénariste de cette bande dessinée, s'est inspiré de son expérience de conseiller du ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin.

Immergé dans les coulisses du ministère, le lecteur découvre la mécanique de la politique internationale et la vie d'un cabinet ministériel. Si comme dans tous les milieux professionnels, le cabinet vit au rythme de coups bas et de crises (les rivalités entre ministères et  la pression médiatique en plus),  le charme de cette bande dessinée demeure Alexandre Taillard de Vorms, comprenez Dominique de Villepin, véritable personnage comique dessiné par Christophe Blain.

Arthur Vlaminck, jeune intellectuel, est recruté "aux langages" par le ministre (il va avoir la lourde tâche de réaliser ses discours). Le ministre apparaît comme un homme à la personnalité complexe. Cet homme, bourré de contradictions, semble agir au gré de ses caprices : perfectionniste insupportable, tyran peu crédible car trop cocasse par ses mimiques (la manière dont il stabilobosse les oeuvres, ses entrées "tornades"). Influencé par la littérature et ses amis artistes, il souhaite instiller dans ses discours les formules contradictoires des Fragments d'Héraclite! La politique internationale éclairée par la philosophie? De quoi rendre chèvre le pauvre Arthur, condamné à réécrire sans cesse des discours abscons! 

Comment naissent les communications politiques et à partir de quelles inspirations? Vous allez être surpris! Dans le bureau ministériel, les paroles du ministre, souvent incohérentes et contradictoires, se transforment par la suite en déclarations publiques ovationnées. Alors génie ou imposteur? A vous de trancher!


"Tintin", ce sont des enjeux énormes.


Commentaires

Articles les plus consultés